Circuit-Est donne aujourd'hui le coup d'envoi officiel du volet québécois de Migrant Bodies, laboratoire européen/canadien de recherche et d'expérimentation réunissant des chorégraphes venus d'Italie, de France, de Croatie, du Québec et de Colombie-Britannique. Accompagnés par Ginelle Chagnon, les artistes explorent depuis juillet le thème des migrations et leur impact politique, culturel et social à travers une série de résidences qui les conduit tour à tour dans chacun de ces lieux. Après Bassano del Grappa et Zagreb, les artistes font escale à Montréal jusqu'au 24 octobre. Ils présenteront les premiers résultats de leur travail au public, le 23 octobre à 17 h à Circuit-Est centre chorégraphique.

Montréal, le 9 octobre 2014 – Aujourd'hui, l'ensemble du monde occidental est traversé par des populations migrantes : une population apatride, sans nationalité ni territoire, qui représente en nombre, presque l'équivalent d'un continent. Qu'ils migrent à cause de la faim, de la guerre, de la peur ou par choix, tous ces gens portent en eux leur propre territoire, un territoire mobile : leur corps. C'est ce postulat de départ qui est la matière grise du projet Migrant Bodies, qui vise à ouvrir une réflexion sur le phénomène des migrations et les nouvelles identités culturelles, géographiques et physiques qui en résultent.

Présenté par cinq organismes partenaires, ce projet d'envergure a pu voir le jour grâce à un important soutien de l'Union européenne. Dans chaque pays, un chorégraphe-interprète a été sélectionné. Ainsi, depuis le mois de juillet, Manuel Roque [Québec], Alessandro Sciarroni [Italie], Cécile Proust [France], Lee Su-Feh [Colombie-Britannique] et Jasna Layes-Vinovrski [Croatie], explorent ce thème en studio, mais aussi à travers des conférences, visites et rencontres. À Zagreb, ils se sont entretenus avec des communautés roms et ont assisté à une conférence sur l'enjeu migratoire du territoire croate depuis son entrée dans l'Union européenne. À Bassano del Grappa, ils ont rencontré John Mpazila dit "the peace walking man", réfugié en Italie, qui a entrepris une marche jusqu'à Bruxelles pour dénoncer la violation des droits de l'homme dans son pays : le Congo, ou encore des immigrants venus du Maroc ou d'Ouganda, aujourd'hui écrivains ou avocats.

Dans chaque ville, un vidéaste et un auteur viennent compléter l'équipe artistique. C'est Xavier Curnillon et Marie Claire Forté qui auront carte blanche à Montréal, troisième étape de ce vaste programme. Les artistes y aborderont le thème sous l’angle du territoire physique et géographique. Ils se laisseront sans doute inspirer par une visite de la réserve nationale de faune du cap Tourmente — située sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent — renommée pour le spectacle saisissant de la Grande Oie des neiges alors que des dizaines de milliers d’oiseaux s’y rassemblent lors des migrations. D’autres activités nourriront leur réflexion : parcourir le boulevard Saint-Laurent, axe central de la ville qui, suite aux vagues d’immigration successives tout au long du XIXe siècle, présente une incroyable diversité culturelle, artistique et linguistique; visiter le musée McCord pour découvrir l’apport des immigrants dans nos traditions culinaires, sportives et culturelles. Également au programme, une conférence du biologiste Pierre Bissonnette, Le corps comme territoire, qui abordera le corps humain comme une société complexe où interagissent et se coordonnent différentes composantes : nos milliards de cellules. Une rencontre conviviale avec une quinzaine d’invités s’intéressant au thème de la migration est également prévue. Toutes ces activités se grefferont aux nombreuses heures de studio où les artistes donneront corps à leur réflexion et leurs inspirations en amorçant les créations qui seront ensuite présentées sur scène à Vancouver, Vitry-sur-Seine [France], Zagreb [Croatie] puis à Bassano del Grappa [Italie], où un séminaire conclura le projet en juillet 2015. Premier aperçu à Montréal lors de la présentation publique du 23 octobre, à 17 h.

En collaboration avec Comune di Bassano del Grappa [Centro per la Scena Contemporanea], La Briqueterie – Centre de développement chorégraphique du Val-de-Marne, The Dance Centre et Hrvatski institut za pokret i ples [HIPP]

This project has been funded with support from the European Commission. This communication reflects the views only of the author, and the Commission cannot be held responsible for any use which may be made of the information contained therein.